15/08/2007

John Wayne, une légende américaine

medium_wayne.jpgJohn Wayne aurait 100 ans. Né le 27 mai 1907, il a tourné dans quelque 175 longs métrages, participant à la légende de l'Ouest avec son ami John Ford. Histoire d'oublier "Les bérets verts" et son engagement à la droite des Républicains.
Gretchen Wayne a quelque chose de John. Pourtant cette femme du clan Wayne n'était que la belle-fille du "Duke", la femme de son fils aîné Michael. Mais c'est elle qui aujourd'hui fait tourner la boutique, présidente de Batjac la maison de production crée par John Wayne au tout début des années cinquante. A cette époque, nombre de stars commencaient à s'émanciper de la toute puissance des studios, il est vrai attaqués par la télévision qui commençait à vider les salles de cinéma.
C'est justement en 1950 que Gretchen - jeune étudiante dans la même classe que Tony Wayne, l'une des filles de John - rencontre la star des westerns de John Ford. Peu après, en 1953, John Wayne met en chantier le deuxième film de sa nouvelle société, "Hondo", un western tourné au Mexique en 3D, qui était considéré alors par les patrons de studios dont Jack Warner, comme le seul à même de concurrencer le petit écran. Alfred Hitchcock allait faire de même avec "Le crime était presque parfait".
Le cinéma en relief s'avéra lourd à gérer, imaginez les déplacements d'une énorme caméra dans le désert à 650 km d'El Paso... Il se révéla cher et finalement peu attractif. Le film ne fut diffusé en 3D que dans trois salles aux Etats-Unis, puis à la télévision en 1991 grâce à la distribution de lunettes.
C'est le cinéaste John Farrow, père de l'actrice Mia Farrow, qui réalisa "Hondo", sauf les séquences d'action finales qui furent réalisées par John Ford, même s'il n'apparaît pas au générique.
"Hondo" dormait dans l'humidité d'un petit local de la Batjac près de Sunset Boulevard, entre le chapeau porté par John Wayne et ses jambières de "La chevauchée fantastique", plus d'autres boîtes de négatifs, toutes des productions de la Batjac durant cette même décennie ( "Ecrit dans le ciel", "Aventure dans le grand nord", "Le grand Mclintock" (1). L'ensemble a été minutieusement restauré pour une sortie DVD et "Hondo" présenté en mai au festival de Cannes, dans son format 3D, histoire de célébrer le centième anniversaire de la naissance du Duke (27 mai 1907).
Fils d'un pharmacien de l'Iowa, Marion Michael Morrison est arrivé à l'âge de 2 ans à Glandale en Californie où les pompiers l'appelaient Big Duke parce qu'il ne se séparait jamais de son chien Little Duke. Le surnom est resté attaché à sa légende. John Wayne fait ses débuts à l'âge de 20 ans comme accessoiriste à la Fox. Il y est devenu l'ami de John Ford qui tournait ses premiers westerns muets. Il fait quelques apparitions dans "La maison du bourreau", "Maman de coeur" et "Salute", puis, John Ford le présente à Raoul Walsh qui l'engage dans "La piste des géants" où il lui donne le nom de John Wayne. Mais c'est en 1939 dans le rôle de Ringo Kid de "La chevauchée fantastique", qu'il devient une star. Wayne et Ford tourneront ensemble jusqu'en 1963 les plus beaux westerns du cinéma américain.
Cette silhouette reconnaissable, dès le premier plan de "Hondo", cette démarche familière, d'entrée vous savez que vous êtes dans un film avec John Wayne.
« Il croyait si fort au rêve américain qu'il l'avait rendu un peu vrai », écrit Pierre Achard dans le récent "Boulevard des crépuscules". Chasseur, pêcheur, buveur sec de tequila, il fumait jusqu'à six paquets de cigarettes par jour, fut trois fois marié, ne comprenait rien aux femmes et ajoutait : « je ne pense pas qu'un homme y parvienne ». Charmant avec les femmes, mais têtu comme un Irlandais, il ne craignait que Dieu. « Je sais que Dieu a le regard posé sur moi », disait-il deux semaines avant de mourir d'un cancer le 11 juin 1979, entouré de ses sept enfants et dix-sept petits-enfants.
Lui qui voulait que l'on grave, "ici repose un mauvais garçon très respecté", n'a eu droit qu'une une petite plaque de bronze le montrant à cheval en tenue de cow-boy, apposée en 1999 sur sa pierre tombale du cimetière de Newport Beach restée anonyme pendant vingt ans.

Richard Pevny

(1) Paramount. Chaque DVD accompagné de nombreux bonus.
Parution d'un coffret de 5 westerns de John Ford (La chevauchée fantastique, Le premier rebelle, L'amazone aux yeux verts, Le massacre de fort Appache et La charge héroïque), Editions Montparnasse. 40 euros.

22:35 Publié dans DVD | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.