09/03/2008

En remontant le temps de Resnais

db932cf27736822a21f0ba3147ab4576.jpgIl y a quarante ans, en mai 1968, Alain Resnais s'apprêtait à présenter au festival de Cannes son cinquième film, "Je t'aime je t'aime", quand François Truffaut, Jean-Luc Godard, Claude Berri, Claude Lelouch, quelques autres encore, s'accrochèrent au rideau rouge du Palais des Festivals pour empêcher toute projection, signant l'arrêt de la manifestation. A Paris, la grève générale venait d'être déclarée. Le train spécial qui avait embarqué la veille des personnalités du Tout-cinéma, était immobilisé du côté de Lyon. Il repartait vers Cannes sans Resnais qui préférait rentrer sur Paris.
Claude Rich est Claude Ridder, un jeune type qui a fait une tentative de suicide. Il est mûr pour une expérience scientifique qui devrait le faire voyager dans le temps, dans son temps, un an plus tôt, pendant une minute. La machine à remonter le temps ressemble à un gros cerveau en polyuréthane. "On peut entrer dans risques de se retrouver sous Ponce Pilate ?", questionne le jeune homme.
Mais rien ne se passe comme prévu et Claude Ridder se trouve projeté dans un temps désordonné où les scènes parfois se répètent - mais sous des angles différents -, nous proposant des morceaux épars de sa vie qui finissent par constituer une histoire. Le présent fait même irruption dans le passé quand une petite souris du laboratoire trottine sur le sable devant Claude et Catrine, sa fiancée, allongés sur une plage. "Claude Ridder vous êtes fait comme un rat", dit ailleurs Claude Rich. Alain Resnais nous montre une vie sociale en morceaux, affective en désordre, le tout non exempt d'humour. Une jeune femme nue dans une baignoire posée sur un bureau apparaît à Claude Ridder, qui dialogue au téléphone avec l'horloge parlante. Le temps est l'un des éléments de ce puzzle cinématographique. « Rien n'est au présent et tout est au présent », dit Alain Resnais de ce film écrit par Jacques Sternberg, qui remonte le temps sans une ride, n'ayant rien perdu de son acuité.
En compléments, un entretien avec Claude Rich, la rencontre Resnais-Sternberg, un entretien audio avec Alain Resnais, plus un livret de 32 pages accompagnent l'édition de ce DVD (Editions Montparnasse. 20 euros).
R. P.

19:20 Publié dans DVD | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.