23/05/2009

Cannes : road movie en Lozère avec Michel Gondry

gondry.jpgMichel Gondry est un cinéaste français installé aux Etats-Unis où il a réalisé plusieurs films ("Human nature" avec Rosanna Arquette et Tim Robins, "Eternal sunshine of the spotless mind" avec Jim Carrey et Kate Winslet, Oscar du meilleur scénario, "La science des rêves" ou "Soyez sympas, rembobinez") avec lesquels il s'est taillé une place enviée dans le cinéma indépendant américain. "L'épine dans le coeur", présenté hors compétition à Cannes, est un documentaire que Michel Gondry a réalisé durant trois étés et un hiver en Lozère auprès de sa tante Suzette, une retraitée de l'enseignement de 79 ans. C'est à Villemagne, petit village des Cévennes, un endroit où la vie n'a pas toujours été facile, résume Suzette, que vit cette tante fringante, qui semble avoir toute sa tête. Michel Gondry insère des images en super 8 de vacances à Collioure ou ailleurs au temps où Suzette était une jeune institutrice, nommée juste après son diplôme, à la tête de classes uniques dans des villages reculés, sans eau courante; la recommandation écrite de l'académie était d'aller chercher l'eau nécessaire à la rivière voisine. Aujourd'hui, l'on ferait une grève pour moins...

C'est à Les Salles qu'en novembre 1954, au début d'un hiver les plus rigoureux que la France ait connu, que Suzette prend son premier poste. Suzette et sa famille, Suzette et ses ancien(ne)s élèves, de village en village, Michel Gondry amène sa tante sur les lieux de son sacerdoce, où elle a enseigné, des écoles qui pour certaines n'en sont plus.

Son neveu dresse le portrait d'une femme indépendante, au caractère bien trempé, qui "n'était pas facile" dit l'une de ses anciennes élèves, d'une institutrice d'avant-garde qui n'a pas hésité avant l'heure à sortir les enfants de Camprieu -un village où elle enseigné alors- et où ils étaient nés, pour les amener en classe decouverte à Paris ou Monaco, voire à la piscine du Vigan où la plupart ont ainsi appris à nager.

La retraite venue, Suzette a passé un an à New York auprès de Michel Gondry où elle s'est occupée de Paul le fils du cinéaste, elle qui avait eu beaucoup plus de mal avec Jean-Yves son propre fils, avec qui elle vit aujourd'hui. Jean-Yves qui est comme «une épine» dans son coeur. Mais elle l'avoue avec tellement d'humanité que la souffrance ne peut en être que douce.

R. P.

 

Les commentaires sont fermés.