23/05/2009

Cannes : une bonne dose d'humour en ouverture

De l'humour, de l'émotion et juste ce qu'il faut de mordant pour rendre le nouveau film (sortie le 29 juillet) des studios Pixar hautement sympathique. C'est d'ailleurs dans les airs que nous invite le réalisateur Pete Docter, une figure clé du studio Pixar où il a précédemment réalisé "Monstres et Cie". Le film est l'histoire en 1 h 44 d'un papy un tantinet bougon – à qui Charles Aznavour prête sa voix dans la version française – qui a vendu toute sa vie des ballons gonflables, sans jamais réussir à tenir la promesse que lui et sa femme s'étaient faite. Et puis, un matin, forcé d'abandonner son domicile pour une maison de retraite, il attache des milliers de ballons multicolores à sa petite maison brinquebalante, qui s'élève dans les airs sous les yeux médusés de ses expropriateurs. Notre vieil homme amène avec lui vers l'île aux trésors de ses rêves d'enfant, un passager clandestin, un gamin débordant d'énergie et d'imagination, qui se révèle être un miroir de sa propre enfance. Cette bicoque d'un autre âge s'élevant, telle un aérostat, dans le ciel d'une Amérique sans plus aucun idéal, c'est la trouvaille de "La-haut". Un film à la fois Pixar et Disney, depuis que le premier est entré dans le giron du second, avec John Lasseter à sa tête. Ce Geotrouvetout de l'animation, aurait bien été capable de monter les marches vêtu d'une de ses légendaires chemises à fleur. Histoire de marquer une ouverture plutôt inhabituelle à Cannes, où le cinéma d'animation s'est fait ces dernières années une place au palmarès avec le prix du jury à "Persépolis" en 2007.

R. P.

 

Les commentaires sont fermés.