25/11/2009

"Frost/Nixon" de Ron Howard

frost.jpgDans Frost/Nixon, un film qui emprunte tout à l'Histoire, le réalisateur américain Ron Howard ("Apollo 13", "DaVinci code") raconte comment l'ex-président Richard Nixon en est venu publiquement à présenter ses excuses à la nation américaine, lors d'un face à face en 1977, avec un animateur de télévision britannique, devant 45 millions d'Américains. Tout le film de Ron Howard raconte la préparation de ces interviews et ce qui en fut le point d'orgue, l'affaire du Watergate et les fameux enregistrements réalisés dans le bureau ovale dont 18 minutes furent effacées "par erreur". Nixon fut poursuivi pour abus de pouvoir et menacé de destitution par le Congrès, démissionna en août 1974, L'acteur Frank Langella joue un Nixon manipulateur à qui il emprunte les attitudes, au point que l'équipe ne l'appelait plus que "monsieur le président". Nixon qui avait toujours nié finira par lâcher : "C'était ma faute", lâchera-t-il dans la quatrième interview. "Une petite confession", dit Langella, comparée à la présidence calamiteuse de George W. Bush. "J'ai trahi notre système de gouvernement, dit-il. Et je devrai porter ce fardeau pour le restant de ma vie", avoue en 1977 Richard Nixon. En gros plan, Ron Howard montre un Nixon / Langella bouffi, ravagé par la solitude et sans doute le dégoût. Le plus ahurissant dans cette histoire est la réponse qu'il fait à l'animateur qui le questionne sur ses abus : "Je dis que quand le Président le fait, ce n'est pas illégal".

"Frost/Nixon" est un "Rocky pour intellectuels", selon Ron Howard, dans lequel tous les coups sont permis. Lassé d'être souvent envoyé dans les cordes, Nixon finit par jeter l'éponge. En bonus, nous sont proposées sept minutes de la véritable entrevue entre Frost et Nixon, ainsi qu'un sujet sur la Nixon library à Yorba Linda, lieu de naissance de l'ex-président, preuve que les Américains ont pardonné à Richard Nixon sa forfaiture en lui reconnaissant d'autres mérites.

Studio Canal. 19,99 euros.

 

22:17 Publié dans DVD | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.