01/01/2010

Festival de Sarlat

sarlat.jpgDernièrement, pour sa dix-huitième édition, le festival du film de Sarlat réunissait une programmation qui ferait envie à beaucoup de manifestations hexagonales consacrées au 7e Art. Réunir sur le papier une trentaine de longs métrages (dont l'avant-première de "Paranormal activity"), et une vingtaine de courts métrages, est déjà un petit exploit. Mais il est vrai que dans la capitale on parle de plus en plus de ce "petit" festival qui en novembre, semble avoir fait sa place dans le calendrier touffu de quelques quatre à cinq cents festivals en France, au point que les distributeurs n'hésitent plus à faire un crochet par ce coin du Périgord entre Lascaux (pas mal hors saison) et Gourdon. Bien entendu, réalisateurs et acteurs ne font pas halte à Sarlat juste pour leurs courses de Noël, encore que l'on peut concilier les deux. Sarlat est un festival tout ce qu'il y a de sérieux, où les journalistes viennent aussi faire leurs courses de... films et d'interviews.

Son succès, tout comme sa longévité, ce festival le doit aussi grandement au millier de lycéens des classes L qui envahissent une semaine durant les rues de la petite cité des inséparables Montaigne et La Boétie. Car Sarlat porte en elle un décor de cinéma, souvent utilisé dans les films de cape et d'épée. Avec les lycéens des classes terminales, elle se transforme en Cinecitta à ciel ouvert que sillonnent de petites équipes d'apprentis cinéastes conseillés par des références, tels que Frédéric Schoendoerffer, Claude Pinoteau, Yves Boisset, Bon Swain ou Philippe Muyl, sous la haute présidence d'un "tonton" octogénaire pas du tout flingueur, Georges Lautner. Le bonheur de la présidente Joëlle Bellon est total quand l'un de ces stagiaires revient un jour avec un film sous le bras. C'est ainsi que fonctionne le Festival du film de Sarlat, avec beaucoup d'amour pour le cinéma et le bénévolat de dizaines de gens, qui une fois la caravane des artistes passée, retourneront pour certains à leurs conserves de cèpes et de confits.

 

R. P.

 

Les commentaires sont fermés.