26/02/2011

"Somewhere" : l'ennui, mode d'emploi

coppolafilm.jpgSomewhere s'ouvre sur un plan séquence, assez long pour faire du dernier fils de Sofia Coppola, après le frémissant « Marie-Antoinette », un objet cinématographique insolite, atypique, évoquant le petit mon de fermé au commun des mortels d'Hollywood. Une Ferrari tourne inlassablement dans le désert. La caméra est fixe. L'on sait quand le bolide se rapproche, passe devant l'objectif, fait une boucle, puis s'éloigne hors champ. Cette séquence est à l'image de Johnny Marco, jeune acteur hollywoodien, dont la vie, hors tournage, se résume à faire tourner son joujou dans le vide. Quand il ne pilote pas, Johnny Marco vit au Château Marmont, un palace de Los Angeles, sorte de microcosme hollywoodien, une vie dans la vie. Et dans la vie de Johnny Marco, l'hôtel est une sorte de lieu d'ennui, où il tue les heures en attendant le coup de fil d'une attachée de presse pour une séance de maquillage, où un voyage express à Rome pour une conférence de presse. Même entre les jambes d'une fille superbe, il lui arrive de s'endormir…
« Je ne suis rien. Je ne sais pas quoi faire » , avoue-t-il. Johnny pourrait ne pas être un acteur, mais c'est le monde que connaît le mieux Sofia Coppola. Et justement, dans cette vie un peu inutile, elle introduit un élément perturbateur. Un matin, son ex-femme confie à Johnny la garde leur fille de onze ans, juste quelques jours avant que cette dernière ne rejoigne une colonie de vacances pour gosses de riches. Désormais, Johnny Marco a un but, une responsabilité, des projets à venir pour passer peut-être un peu plus de temps avec sa fille. Métier étrange que celui d'acteur qui passe de l'effervescence d'un tournage pendant quelques semaines à une vie de tous les jours qu'il faut à chaque fois reconstruire.
Certains y arrivent très bien, d'autres enchaînent les films pour éviter cet entre-deux où l'on ne sait plus quoi faire. La solitude, la vie dans les hôtels qui peuvent être une sorte de chez soi artificiel, font partie de cette vie-là. Si Johnny semble déconnecté de la vie, Cleo, sa fille, est dans le monde réel. Pour elle, la vie au Marmont, l'escapade en Italie, ne sont que des moments de vacances, un peu exceptionnels.
« Somewhere » capte une atmosphère. Fille du réalisateur Francis Ford Coppola, Sofia parle de ce monde qu'elle a côtoyé, même si les deux histoires ne sont en rien comparables. Ce film sur l'ennui, n'est pourtant jamais ennuyeux.
R.P.

17:55 Publié dans Critique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.