13/04/2011

Philippe Claudel : « Sans livres, films, musique, on vit plus mal »

On sent dans ce film un désir de comédie ?
Je pense que mes livres se construisent sur une forme de continuité. Chaque dernier livre est comme l'avatar du précédent. Il y a une sorte de progression, de mue et de logique. Alors que ce qui m'intéresse dans le cinéma, c'est explorer des genres et des langages différents. Donc, après avoir fait un mélodrame ('Il y a longtemps que je t'aime' avec Kristin Scott Thomas et Elsa Zylberstein), j'avais envie d'explorer tout autre chose et travailler sur la comédie, sans renoncer pour autant à des thèmes qui me sont chers : comment survivre après le décès d'un être qui nous est cher, comment les autres peuvent nous aider, comment on peut être humain en fait… En tant que spectateur j'aime tous les cinémas. Je suis vraiment un amateur de cinéma, aussi pointu, exigeant d'auteurs, que de grandes comédies populaires. Ce qui m'intéressait c'était de réfléchir à l'objet comédie, dans l'écriture, dans la caractérisation des personnages, des situations, dans le découpage, le rythme, le montage.

Crampone, le frère d'Alessandro, semble tout droit sorti de la comédie italienne ? C'est un 'Vitelloni' de Fellini, c'est le frère de la mère du narrateur dans 'Amarcord', c'est un gros branleur. Je voulais que le spectateur passe de scènes très drôles à des scènes graves, ce qui est assez inhabituel en France. Donc il fallait deux axes, l'un avec le frangin, leurs engueulades, et puis l'autre, plus tragique, avec les personnages d'Anouk (Aimée) et de Clotilde (Courau), deux femmes qui n'arrivent pas à se parler.

Comment Anouk Aimée s'est-elle imposée dans votre désir d'actrice ?
Anouk Aimée est une actrice que j'admire depuis longtemps. Ce sont les films de Jacques Demy, de Marco Bellochio, cette noble italienne dégénérée de la 'Dolce Vita', l'actrice de 'Huit et demi', l'épouse de Vittorio Gassman dans 'Le fanfaron', 'Un homme et une femme' de Lelouch… C'est quelqu'un qui fait partie de l'histoire du cinéma.

Et Stefano Accorsi ?
Je le connaissais pour l'avoir vu dans pas mal de films, notamment italiens, mais j'ai découvert un excellent camarade, quelqu'un d'un grand professionnalisme. Je l'ai un peu vieilli, montré sans artifice. Je lui ai proposé qu'il se laisse pousser la barbe. Alessandro semble être resté bloqué quinze ans en arrière le jour de la disparition de sa femme ? Il n'en est pas moins heureux. Il n'est pas du tout dans la morosité ou la mélancolie. Il a un métier qu'il aime beaucoup, de bons contacts avec ses étudiants, il adore chanter dans son ensemble choral, il a des copains, il s'engueule avec son frangin, et il aime beaucoup sa fille, mais il la voit encore comme une petite fille et c'est là tout le problème. Il n'a pas pensé que l'amour représente une part essentielle de notre bonheur. Il s'est un peu fermé à ça.

Qu'est-ce qui nourrit votre imaginaire ?
Tout. La première chose pour un artiste c'est de regarder le monde. Je ne crois pas trop à la création qui serait en retrait de la vie et du monde. J'ai gardé un mi-temps à la fac, c'est une façon d'être en contact avec la réalité, de rencontrer des étudiants, des collègues, de se poser des questions qui sont artistiques. J'habite une petite ville à côté de Nancy, une cité ouvrière très touchée par le chômage, les difficultés de la vie. Je rencontre des gens, j'écoute leurs conversations, j'observe les visages.

En tant que père d'une adolescente, êtes-vous inquiet face à l'évolution de nos sociétés ? Un film comme celui-ci n'est pas moralisateur, mais j'essaie de promouvoir des valeurs qui me semblent importantes et que l'on a peut-être parfois perdues de vue. C'est une façon de s'engager, une façon, sans forcer le trait, un peu militante. Sur l'importance des bouquins dans nos vies ou de la musique. Les livres, les films, la musique, on peut très bien vivre sans, mais je crois qu'on vit plus mal.

Ecrivain-cinéaste ou cinéaste-écrivain ?
Ce qui m'intéresse c'est avoir la chance de pouvoir m'exprimer avec des objets artistiques différents, et de choisir celui qui me paraît le plus adéquat pour exprimer ce que je ressens. Il est clair que la mise en œuvre d'un roman est plus aisée que celle d'un film. On n'a besoin de personne, on n'a pas besoin d'argent. Le cinéma, c'est plus coûteux, c'est plus lourd, plus fatigant, mais cela laisse d'autres possibilités magiques. Quand le cinéma est-il devenu quelque chose d'important pour vous ? Dès l'âge de dix ans, j'avais envie de faire du cinéma. J'ai commencé à écrire des livres très tôt, de petites histoires, des petits romans. Simplement un jour c'est devenu moins mauvais, assez tard, vers 33-34 ans. J'ai été un cinéphile, j'ai fait des études de lettres et de cinéma, j'ai tourné des courts-métrages, puis j'ai arrêté parce que je n'arrivais pas à mettre en œuvre un long-métrage, et quand j'ai publié mon premier livre, j'ai rencontré dans une émission de radio Yves Angelot qui avait lu mon livre et m'a proposé d'écrire avec lui (1). Quand j'écris des romans, j'écris des scènes avec des choses très techniques, des cadres précis, des focales précises, des alternances entre gros plans et plans larges. Cette grammaire s'est déposée en moi et doit influencer l'écriture romanesque.

Interview recueillie par Richard Pevny
(1) «Sur le bout des doigts» en 2002 et «Les âmes grises» en 2005, adapté de son roman éponyme
Prix Renaudot en 2003.

17:01 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.