09/11/2011

Virginie Efira : « J’étais remplie d’espérance, je n’ai pas été déçue »

Anne Fontaine était venue me voir au théâtre où je jouais « Nathalie » (Elle en a réalisé le film avec Emmanuelle Béart et Gérard Depardieu en 2003, ndlr). Je connaissais le nom de mes partenaires avant d’avoir lu le scénario. J’étais remplie d’espérance, je n’ai pas été déçue. Je suis très admirative des femmes qui essaient des choses à chaque fois. Ce film, « Mon pire cauchemar », c’est devenu une référence de ce que j’attends des rapports à l’autre. Anne Fontaine à l’apparence du personnage d’Isabelle Huppert et la nature de Benoît Poelvoorde. J’envie beaucoup les efforts qu’elle fait pour paraître lointaine, supérieure. L’humour d’Anne Fontaine, moi je m’y suis retrouvée totalement.
Ma première scène ? Je dirais, c’est quand le plaisir dépasse le regard sur soi. En ce sens, Benoît désacralise beaucoup. Tu ne te regardes jamais jouer. De l’élégance, ils en ont tous et n’arrivent pas avec une position hiérarchique, mais une curiosité de l’autre. Ils vous débarrassent de l’envie de bien faire.
André Dussollier ? J’aime bien son côté anglo-saxon, bien élevé. C’est homme me parlait comme si j’avais la filmo du siècle.

Recueilli par R.P.
Virginie Efira est belge comme son compatriote Benoît Poelvoorde. D’abord animatrice à la télé belge, puis sur les chaînes françaises, elle apparaît dans quelques séries (« Kaamelott » notamment) et au générique (voix) de films d’animation (« Garfield », « Robots »). Depuis 2009, elle a tourné dans dix longs métrages.

Les commentaires sont fermés.