03/08/2012

De Norma Jean à Marilyn

-®Bernard of Hollywood-Norma Jean - Secr+®taire - 1946.jpgLe photographe Bruno Bernard la croise un jour de juillet 1946 sur Sunset Boulevard et lui tend sa carte professionnelle : « Mademoiselle, lui dit-il, j'aimerais faire quelques photos de vous ». Rendez-vous est ensuite pris au 9055 Sunset Boulevard où se trouve le studio de Bernard of Hollywood. Norma Jean ne peut manquer l'enseigne en relief à côté d'un portrait maison de Gregory Peck. Ces premières photos (voir photo ci-contre)paraissent dans le magazine Laff. Elles intéressent Darryl Zanuck, le nabab de la 20th Century Fox au cigare légendaire. D'autant plus que le LA Times publie une photo de Howard Hughes, qui dirige entre autre la RKO, tenant entre ses mains ce même magazine Laff avec en couverture le sourire de Norma Jean.
Bruno Bernard est arrivé à Los Angeles en 1937. C'est un survivant. A 27 ans, ce chef de groupe clandestin juif, traqué par le régime nazi, a fui l'Allemagne avec pour tout bagage un vieux Rolleiflex. A Hollywood, il est bientôt surnommé le Rembrandt de la photo glamour. Toutes les filles à qui l'on a dit un jour « tu devrais faire du cinéma », se précipitent alors aux portes de l'usine à rêves. Norma Jean est celle qui rêvera le plus fort. Plus tard, lors du tournage de « Sept ans de réflexion », apercevant Bruno Bernard, elle profite d'une interruption, prend le photographe dans ses bras et lui dit : « Souviens-toi Bernie. Tout a commencé avec toi ». De ce tournage, nous reste la célèbre photo de Marilyn en robe blanche au-dessus de la bouche d'aération du métro sur Lexington Avenue. L'album « De Norma Jean à Marilyn» (1) réunit quelque 150 photos de Marilyn de 1946 à 1956 dont une quarantaine inédites. En parallèle, nous avons des extraits du journal, des notes, carnets, documents et planches contact du photographe. «Pour des millions d'hommes dans le monde, elle était la femme la plus désirable qui soit et pourtant, elle est morte jeune, seule et désespérée », le combiné du téléphone dans la main, écrit-il. Dans son carnet noir, elle avait noté : « Seule !!!!! Je suis seule. Je suis toujours seule quoiqu'il arrive » (2).
Richard Pevny
(1) De Susan Bernard, photographies de Bruno Bernard dont un tirage signé à encadrer. 198 pages, 25 euros. Editions Hugo et Cie.
(2) « Fragments » de Marilyn Monroe. 104 fac-similés de manuscrits et leur traduction. Seuil (format poche). 356 pages, 12 euros.

Les commentaires sont fermés.