07/02/2013

Le petit Gabin illustré par l’exemple

Gabin parlait dans ses films comme dans la vie, nous apprend Philippe Durant qui, dans la droite ligne (enfin, si l’on veut) de son « Petit Audiard illustré par l’exemple », sort dans une collection qui commence à imposer son graphisme, ce « Petit Gabin illustré par l’exemple » (1). Petit, pas tant que ça ! Le bonhomme avait du coffre, pour ne pas dire de la gueule, aidé de ses auteurs favoris, Pascal Jardin et Michel Audiard qui n’est jamais loin lorsqu’il faut emprunter au parler de la rue. Et ce parler Gabin se l’était forgé dans les rues de Paname, les music-halls, les loges d’artistes. Personne n’échappait à la verve de Gabin, pas même Marlene Dietrich, son grand amour, pourtant habituée à ce que les autres s‘effacent devant elle. Excédé, il pouvait lui lancer –rapporté dans son livre sur Marlene par Louis Bozon : « La Pruskott, tu commences à m’emmerder » (2). Dernier avertissement avant l’avoine. Dans le parler populaire, l’avoine du cocher se donnait avec le fouet , histoire de faire avancer la bête. L’argot, nous dit Philippe Durant, en fit un verbe, synonyme de marron, de gnons, de baffes.
Le polar à la française est rempli de types qui se font avoiner. Philippe Durant relève plus de 230 mots utilisés par Jean Gabin dans les 95 films qu’il a tournés. Sur des dialogues de Michel Audiard dans « Le cave se rebiffe » (« Si la connerie se mesurait, il servirait de mètre étalon ! ») ou de Jacques Prévert dans « Le jour se lèvre » (« Lui, il boit du lait quand les vaches ont mangé du raisin »). En 1937, Prévert a mis dans la bouche de Gabin l’une des plus belles répliques du cinéma français dans « Quai des brumes » de Marcel Carné. Deux décennies plus tard, Michèle Morgan rapporta qu’avant le tournage de leur scène du baiser, Gabin lui avait lancé : « Oh toi, t’es une môme. Je suis sûr que tu ne sais pas embrasser. Je viens de tourner avec Annabelle, elle c’est quelque chose ! ». Morgan prouva sur le champ qu’elle n’avait pas juste « de beaux yeux ».
R.P.(1)« Le petit Gabin illustré » de Philippe Durant. Nouveau monde éditions. 223 p., 14,90 euros.
(2) Editions Michel Lafon (2012). gabin.jpg

11:37 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.