10/06/2015

Comme un avion

213278.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpgLa ligne est le plus court chemin d'un point à un autre. Oui, mais quel ennui! Bruno Padalydès, lui, préfère les sinuosités d'une rivière. La Ligne, c'est ainsi que ses pilotes appelaient l'aéropostale à ses débuts. Michel a depuis l'enfance la tête dans un cockpit d'avion, l'un de ces Latécoère dont on pouvait suivre l'ombre sur le sable du désert marocain, parfois juste le bruit de son moteur quand il était pris dans la brume qui s'élevait du canal du Midi entre Toulouse et la côte méditerranéenne. Les Mermoz, les Guillaumet, les Saint-Ex, il voudrait bien leur ressembler jusqu'à en porter le blouson, un genre de blouson d'aviateur pour enfourcher une moto que Michel pilote à la manière d'un commandant d'Air France. "T'as pas trop chaud dans ta veste Mermoz ?", s'étonne Rachel (Sandrine Kiberlain), sa compagne. Michel donne de l'importance à la check-list. Devant l'ordinateur sur lequel il développe des projets en 3D, Michel rêve de grands espaces. Rêver, un palindrome comme kayak. Quand succombe-t-il à la passion pour ce dernier ? Peut-être que son squelette de bois lui rappelle-t-il le fuselage d'un petit avion. Michel se prend des envies de raid, de record, des fois qu'il deviendrait le Lindbergh de l'eau, sur une rivière qui serpente en région parisienne au milieu de terres agricoles. Rachel restera au camp de base pour suivre la progression de son amoureux, encourager sa petite folie, participer à son rêve. Elle même doit profiter de ce temps libre pour suivre un stage de yoga. Michel a tout prévu question matos, sauf l'imprévu qui aime se glisser dans les aventures les mieux préparées. C'est une grande bâtisse, à quelques kilomètres du départ près de laquelle Michel a décidé de planter sa tente, une Quechua dont son manuel du Castor junior ne dit rien sur la manière de la plier, mais passons... Une sorte d'auberge du sixième bonheur tenue par une veuve, Laetitia (Agnès Jaoui), qui se demandera après coup comment a-t-elle pu attendre autant de temps sans sensualité, sans étreinte. Laetitia est enjouée, elle développe autour d'elle une belle énergie. Des amis, des enfants, des clients aussi, deux hurluberlus (Michel Vuillermoz et Jean-Noël Brouté) qui carburent à l'absynthe et refont le monde en bleu, et Mila (Vimala Pons), une jeune fille, solaire et mélancolique dont le visage ruisselle de pleurs les jours de pluie, tout cela compose un tableau impressionniste comme dans les peintures de messieurs Manet et Renoir. C'est une vie exquise, exemplaire de simplicité, de bonheur, au coeur d'une grande clairière, que des arbres protègent du regard hostile des envieux, loin du tohu-bohu de la ville, avec juste en fond sonore un vieux transistor branché sur France Culture que d'ailleurs personne n'écoute. Michel n'a plus envie de repartir, et quand il essaie, il se trompe d'embranchement et se retrouve dans le fossé qui borde un centre commercial. Pourquoi quitter un paradis que l'on a mis des années à trouver, sans d'ailleurs vraiment le chercher. Un paradis perdu de l'enfance, ce temps des troubles émotionnels et des blessures, comme le souvenir d'Yvonne de Galais qui nous hante toujours après des années de lecture. L'absynthe aidant, Michel s'arrache enfin à l'attraction de la terre, c'est son vol de nuit, le livre de Saint-Exupéry qu'il a emporté. Bruno Podalydès ("Adieu Berthe", "Dieu seul me voit") est le cinéaste de sa propre enfance. Il met en scène ses rêves, et réveille les nôtres. Il convoque Bashung, Moustaki et quelques autres, rajoute le son d'un ukulélé (à rajouter à la check-list de Michel), dénude avec grâce le corps d'Agnès Jaoui, telle une mama boticellienne, plante au pied de cannes à pêche un type qui vitupère contre ce "kayakiste à la con", un type ressemblant vaguement à Pierre Arditi. Comme un avion" est un film qui fait du bien, un film en quelque sorte thérapeutique, un merveilleux placébo pour guérir les maux de la vie. Une bienfaisante piqûre de rappel pour repartir d'un bon pied sur la terre des hommes. Richard Pevny211715.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Les commentaires sont fermés.