23/09/2015

"Les deux amis" un classique du triangle amoureux

376189.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpgClément (Vincent Macaigne) est fou amoureux de Mona (Golshifteh Farahni). Tous les jours, Clément se rend gare du Nord dire avec ses yeux à Mona qu'il l'aime. Mais Mona n'a pas le temps d'écouter Clément, elle a des clients à servir. Mona aime bien Clément, mais elle n'en est pas amoureuse. Mona n'a pas le loisir de tomber amoureuse. Chaque fin d'après-midi, elle prend le même train qui la ramène en prison où elle purge une peine en régime de semi-liberté, ce que Clément et Abel ne savent pas. Clément parle de son obsession de Mona à Abel (Louis Garrel). Abel devrait voir comment Mona est belle, dit Clément à son meilleur ami. Clément et Abel sont plus qu'amis, mieux que des frères, un peu amants, mais sans le sexe; ils font penser à un couple, plutôt mal assortis. Abel se rend gare du Nord et dès qu'il aperçoit Mona, il en tombe amoureux. Un soir, les deux hommes raccompagnent Mona jusqu'à son train, l'empêchent de le prendre. Mona se débat, crie, hurle, personne ne vient lui porter secours. La scène filmée sur le mode de l'agression, est d'une rare violence. Les larmes aux yeux, Mona voit s'éloigner son régime de semi-liberté. Durant la nuit suivante, elle devient une fugitive, mais pour la première fois depuis longtemps, elle est amoureuse...
Le triangle amoureux est un classique du cinéma français, mais tout le monde n'est ni Truffaut, ni Sautet. Louis Garrel, fils et petits-fils d'acteurs et cinéastes, s'essaie au genre plutôt avec délicatesse, filmant la femme de sa vie avec excès, n'échappant pas toujours à la critique récurrente du film initmiste à la française qui pêche trop souvent par nombrilisme. La tendresse qu'il a pour ses personnages - le film a été coécrit avec Christophe Honoré sous la direction de qui il a tourné six longs métrages -, ce balancement incessant entre l'amour et l'amitié - l'amitié survit-elle à l'amour ? -, le tout porté par une musique romantique de Philippe Sarde, rend cette première réalisation attachante.

10:11 Publié dans Critique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.